La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Message par Reimu Hakurei le Dim 11 Nov - 19:09

Une petite brise agréable souffle en cette fin d'après-midi. Les feuillages des cerisiers entourant la cour du sanctuaire s'agitent doucement, et les nombreux gohei fixés aux shimenawa enlaçant leur troncs virevoltent eux-aussi au rythme du vent.
Une après-midi on ne peut plus calme, exactement comme je les aime.
Assise sur la terrasse de mon sanctuaire, je sirote calmement un bon petit thé bien mérité après une journée on ne peut plus harassante à m'occuper de la vieille remise, qui avait bien besoin d'être rangée un peu. J'ai laissé infuser la boisson très longtemps, et le gout est plutôt fort. Mais je l'aime comme ça, et pour rien au monde je n'y ajouterai du sucre. C'est bon pour les enfants ! Cela dit, je n'ai pas pu m'empêcher de préparer un autre litre en prenant soin de retirer les feuilles au bout de quelques minutes, au-cas où les trois fées qui habitent ici en voudraient également. Même si elles sont prodigieusement agaçantes, c'est devenu pour moi une habitude de leur faire du thé à chaque fois que jai moi-même envie d'en boire une tasse.

"Je suis décidément une bonne poire, pensais-je en soupirant. Je ferais mieux de les virer d'ici, sinon jamais aucun humain ne viendra mettre les pieds au sanctuaire..."

Je jette un regard désespéré à ma vieille boite à donations couverte de moisissures. Aujourd'hui j'ai trouvé dedans une vieille pomme de terre ; je ne sais pas qui s'est amusé à la mettre ici mais il ne vaut mieux pas que je mette la main sur lui.

"Et en plus je ne peux même pas la cuisiner, vu qu'elle est pourrie" dis-je en portant encore une fois mon bol de thé à mes lèvres.

Je ferme les yeux afin de chasser le sentiment de frustration qui commence à m'envahir : hors de question de gâcher ce moment merveilleux avec ce genre de pensée. Je ne peux pas souvent profiter de ce genre de répit, alors autant en profiter tant que je le peux, avant que les ennuis ne me tombent dessus, comme d'habitude !

Alors que mon regard dérive vers l'horizon, j'entrevois une étrange silhouette au bout de la cour. Je plisse les yeux afin de mieux voir, mais sa physionomie ne m'est pas familière.

"On dirait bien que la détente est terminée", soupirais-je en me reversant un peu de boisson chaude.
Puis, tout en continuant à savourer mon thé, je suis des yeux l'étrange fille qui s'approche à grands pas de la terrasse où je suis assise.



Dernière édition par Reimu Hakurei le Lun 12 Nov - 1:09, édité 1 fois
avatar
Reimu Hakurei
Admin

Messages : 279
Date d'inscription : 18/07/2012
Localisation : Sanctuaire Hakurei

Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-gensokyo.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Message par Fuyõsei no Nazo le Dim 11 Nov - 22:35

Aujourd'hui, il fait beau. Je me suis levé de bonne heure car je compte rendre visite à la Miko du sanctuaire Hakurei, la célèbre Reimu. C'est quelqu'un que j'admire beaucoup pour son dévouement envers l'équilibre de Gensokyo. Il faut que je discute avec elle de la situation actuelle.

Je regarde autour de moi, la grotte où je vis ressemble à un repaire d'un Yokai sauvage. Vivement que je vive près des villageois humains que je chéris tant. Je commence à me préparer pour partir le plus vite possible. Il n'est pas question de gâcher un temps pareil en traînant des pieds. J'enfile ma robe beige, ma préférée et j'attache mes cheveux. J'adore cette ensemble! Puis je jette un coup d'oeil à ma vieille paire de chaussure. Non, pas question de les mettre, quand il fait chaud, les dalles de pierre sont toutes chaudes et c'est agréable pour se réchauffer les pieds.

Je sors enfin de ma grotte, l'aube du soleil m'éblouit. Je regarde autour de moi les cascades d'eau réfléchissant les rayons du soleil. La vue est magnifique et m'arrache un petit sourire. C'est décidé, j'y vais à pied! Enfin, une fois au pied de la montagne.

Je déploie mes majestueuses ailes et descend gentiment au pied de la Montagne Yokai. Il fait plus chaud en bas, l'air étant obstrué par les arbres. Je commence à marcher le long des sentiers en chantonnant un air joyeux. Je croise des fées qui virevoltent et qui se chamaillent au dessus de moi ça me rend encore plus joyeuse.

Je sors de la forêt. Non loin de moi se trouve le Manoir du Démon Écarlate. J'aimerais bien discuter avec l'érudite qui se trouve dans l'immense bibliothèque de ce gigantesque manoir.

Je continue de marcher, midi est déjà passé et je suis assez loin du village des humains. Je commence alors à me hâter.

J'aperçois quelques humains qui m'ont l'air familier. Je les salue et je demande comment s'est passé leur journée. Ils ont l'air aussi heureux que moi d'avoir un si beau temps. Je m'enfonce alors dans le village des humains. Je salue les humains que je croise et aide les derniers travailleurs. Je vois aussi des enfants jouer sur la place du village, près de la statue du dragon. Je m'approche d'eux et je leur pose quelques devinettes rigolotes avant de reprendre mon chemin. L'après-midi touche à sa fin.

Je m'avance vers le sanctuaire Hakurei, je suis toute excitée d'enfin pouvoir parler à Reimu. J'entre dans la cours du temps et je la vois, sur la terrasse du temple en train de boire du thé. Je continue et je m'arrête devant les marches du sanctuaire.

"Hakurei Reimu? Enchantée, je suis Nazo. Fuyõsei no Nazo!" Je m'incline en signe de respect.

"Je suis venu vous parler, je ne dérange pas j'espère?" je souris gentiment.
avatar
Fuyõsei no Nazo

Messages : 13
Date d'inscription : 09/11/2012
Localisation : Principalement vers la Montagne Yokai

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Message par Reimu Hakurei le Lun 12 Nov - 0:29

La yôkai qui se tient devant moi ne ressemble à aucune autre créature que j'ai eu l'occasion de croiser dans ma vie, et seuls les 8 millions de Dieux savent à quel point j'ai pu être confronté à des bestioles bizarres. D'ailleurs, je ne suis même pas sûre que ce soit un yôkai. Elle n'est pas bien grande, et je pense que je la dépasserais de quelques centimètres si je me levais. Son visage souriant et harmonieux est illuminé par de grands yeux d'un noir profond, et sa belle chevelure blonde est relevée en une longue queue de cheval. Je remarque tout de suite également ses grandes ailes aux longues plumes beiges et sa... queue de lion ?! Quel étrange spécimen...
Malgré tout, elle ne semble pas du tout hostile, et son regard brille d'une intelligence que je ne vois malheureusement que trop peu souvent dans les yeux de poissons morts de la plupart des yôkai que je croise. C'est pourquoi je décide donc de lui faire confiance, tout en restant sur mes gardes. On est jamais trop prudent dans un pays comme Gensokyô.
Je pose donc mon bol de thé à mes côté pour la saluer :

"Bien le bonsoir. Il me semble que nous ne nous sommes jamais rencontrées toutes les deux, à qui ai-je donc l'honneur ?"

J'ai à peine fini ma phrase que l'inconnue me répond derechef, les yeux brillants :

"Hakurei Reimu? Enchantée, je suis Nazo. Fuyõsei no Nazo!"
Et elle esquisse même une petite révérence à la fin ! Si je n'avais pas avalé ma gorgée de thé, je pense que je lui aurais recraché à la figure tellement cela m'en bouche un coin. Je sais très bien que je suis plus ou moins connue à travers la région, et cela ne m'étonne pas plus que ça que cette Nazo connaisse mon nom, mais de là à ce qu'elle s'incline devant moi... c'est totalement fou ! Je ne suis pas habituée à ce qu'on me témoigne autant de respect... Pas venant de la part des yôkai, du moins.

"Euh et bien m-merci, bafouillais-je en me sentant rougir.
Je cligne des yeux plusieurs secondes afin de reprendre mes esprits : hors de question de montrer le moindre signe de faiblesse devant qui que ce soit, et surtout pas devant une inconnue ! Je ne sais même pas qui elle est, ce qu'elle est et d'où elle vient. Si ça se trouve, elle cherche peut-être à m'amadouer en jouant les fausses admiratrices afin de pouvoir ensuite en profiter pour m'attaquer alors que je ne me méfierais plus ?
Je détaille du regard l'étrangère encore une fois : si elle joue la comédie, elle fait cela très bien, car elle n'a pas du tout l'air de vouloir tenter quoi que ce soit contre moi. Au contraire, elle poursuit déjà avec un gentil sourire :

"Je suis venue vous parler, je ne dérange pas j'espère ?"

Pas la moindre trace de mauvaise foi dans sa manière de parler ni dans sa façon de me regarder avec douceur. Je relâche un petit peu ma garde.

"Bien sûr, il n'y a aucun problème, je suis là pour ça. Peut-être désires-tu un peu de thé ? C'est toujours plus agréable de discuter autour d'une boisson chaude" dis-je en esquissant à mon tour un petit sourire poli.




Dernière édition par Reimu Hakurei le Lun 12 Nov - 1:22, édité 2 fois
avatar
Reimu Hakurei
Admin

Messages : 279
Date d'inscription : 18/07/2012
Localisation : Sanctuaire Hakurei

Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-gensokyo.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Message par Invité le Lun 12 Nov - 1:11

Que puis-je faire ? Je n'aime pas m'ennuyer. Je repense à toutes ces persones que j'ai croisées si récemment depuis mon éveil. Il y a bien entendu cette petite magicienne énergique, cette archiviste, oh, et puis la Déesse du sanctuaire Moriya et... Byakuren. Hum. Cela dit, il y avait aussi cette petite demoiselle, Reimu Hakurei, une pauvre enfant chargée de maintenir les barrières de Gensokyo. Je me souviens bien d'elle, et aussi depuis cette seconde réunion que j'eus avec elle, où elle me paru bien plus accueillante que la précédente fois. Tiens. Je me rappelle d'ailleurs que lors de ma sortie de mon mausolée, j'aurais désiré l'inviter à boire un verre à la maison, mais, puisque Futo et Tojiko m'ont délibérément lâchée en ce moment, je ne peux pas l'accueillir.

... Si j'alais lui rendre une petite visite, cela lui fera peut-être plaisir, et puis, elle aime boire !! Allons, en route !! Au vu de la soirée qui s'annonce, et du froid qui risque de s'ensuivre, je me vêtis d'une cape en velours brodée d'or, laissant cela dit mes épaules dénudées. C'est bien plus esthétique. ~~
Oh, et je ne vais pas oublier de prendre une petite bourse d'argent pour lui offrir quelques donations afin qu'elle répare son toit et son plancher, la dernière fois, sa maison semblait assez pittoresque. Et ainsi, je sors de mon Senkai pour atteindre Gensokyo. Une petite heure de marche et j'y suis. Se promener au milieu des lucioles qui animent les soirées, sous un vent doux et agréable, n'est jamais un tort. Ressentir le réel, ici, et maintenant...

-------------------------------------------------------

J'arrive alors proche du Sanctuaire Hakurei. Eh bien, comme la dernière fois, le lieu ne semble pas avoir changé. Toujours aussi délabré. Pauvre enfant, hu. Cela dit, à mon plus grand plaisir, elle est là, dans sa cours... Mais, accompagnée d'une autre personne... Une Hybride ? Une Youkai ? Elle qui critiquait Byakuren... Cela me fit sourire.

Je décide de l'interpeller, peut-être qu'elle ne m'a pas vue. Il est vrai que cette cape est un peu trop foncée, pour une soirée comme celle-ci, mais soit. ~
Je m'avance vers les deux personnes.
- "Bonsoir, prêtresse Reimu d'Hakurei, c'est Miko !! ~ Je viens présentement vous apportez quelque donations et discuter avec vous autour d'un bon verre de saké, comme à l'habitude, puis-je vous tenir compagnie ? Et heu, enchantée, jeune créature, je suis Toyosatomimi no Miko, une Ermite Taoïste. ~ "

je fis un signe de salut banal aux deux personnes, attendant qu'elles me saluent comme le Prince que je suis, ainsi qu'une réponse de Reimu, bien que mon regard et mon attention se portaient sur... la queue de la ??? Youkai ??? ainsi que ses ailes. Intrigante créature.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Message par Fuyõsei no Nazo le Lun 12 Nov - 8:24

Je regarde un peu au tour de moi. Pas très sympa, personne ne vient aider Reimu pour réparer son sanctuaire. J’irai l’aider une fois que je me serai installé dans le village des humains et je lui ferai cadeau des pourboires que je reçois des habitants. Ils sont si gentils les humains.

"Euh et bien m-merci"

Je sors de mes pensées et je la vois bafouiller ces quelques mots. Je pense que ma politesse a du la déstabiliser. Peut-être que je n’aurais pas dû ? Tant-pis, je suis quelqu'un de poli et je le resterai.

Suite à quoi, elle répond à ma question.

"Bien sûr, il n'y a aucun problème, je suis là pour ça. Peut-être désires-tu un peu de thé ? C'est toujours plus agréable de discuter autour d'une boisson chaude"

Elle semblait elle aussi très gentille, je ne me faisais pas une fausse idée d'elle. Cependant, cela ne devait pas être facile tout les jours. S'occuper de l'équilibre de Gensokyô, surveiller les Yokai et cela sans recevoir un seul signe de gratitude. Je la plains...

Je m'assois à mon tour et acquiesce à sa demande de thé par un signe de la tête. J'attends que le thé me soit servit et je la remercie d'un merci plein de bonheur. C'étais vraiment une belle journée. Je goûte un peu au thé. Il est encore tout chaud et l'arôme sent très bon.

"Un tel thé réchauffe les âmes!" me suis-je permit de dire en souriant.

Je ne lui ai posé encore aucune question que je vois quelqu'un s'avancer, sa silhouette rendu extravagante par ses cheveux ébouriffée, je reconnais directement Miko. Ses attributs princiers la fait vraiment ressortir d'un conte pour enfant. Elle portait même une cape brodée d'or. Ceci dit, elle était très belle.

Bien qu'elle soit la leader d'une religion elle ne semble pas méchante. Elle semble même gentille. C'est vrai que les plus dangereux sont Kanako et Byakuren. Elles veulent augmenter la foi de leurs religions. Seulement, la religion a Gensokyô doit être présente uniquement dans un second degré, justement pour éviter les conflits. Si seulement elles arrivaient à comprendre ça...

Je décide alors d'être autant polie que je l'ai été avec Reimu. J'avais presque peur de passer pour quelqu'un de mesquin. A Gensokyô tout le monde se méfie. Mais moi, je désire simplement une paix et une joie dans le coeur de chaque créature de ce pays! Je pense que pour y arriver, je dois réussir à devenir médiatrice et discuter calmement. Mais j'arriverai à trouver cette paix!

"Bonsoir, prêtresse Reimu d'Hakurei, c'est Miko !! ~ Je viens présentement vous apportez quelque donations et discuter avec vous autour d'un bon verre de saké, comme à l'habitude, puis-je vous tenir compagnie ? Et heu, enchantée, jeune créature, je suis Toyosatomimi no Miko, une Ermite Taoïste. ~ "

Je me lève et je m'incline à nouveau vers la princesse.

"Taishi no Kamitsumiya no Umayado no Toyosatomimi no Mikoto, je suis enchantée de vous connaître enfin en chair et en os! Je suis Fuyõsei no Nazo mais vous pouvez m'appeler Nazo!" Je lâche un petit rire gentillet, j'aimais bien usé de ma connaissance pour flatter les gens. Les réactions sont souvent très drôles.

Cependant je ressentis rapidement les questions dans leurs esprits. Qu'étais-je.

"Oh et pour vous répondre, je suis un Sphinx. Une chimère d'un lion, d'un oiseau et d'une... humaine je pensais à nouveau à cette fille je suis la Chimère de la Curiosité. J'ai un pouvoir qui m'a permit de presque tout connaître à l'heure actuelle et je manipule le questionnement!" Ceci surprend beaucoup les gens, on dit souvent que les gens heureux sont des gens simples, parce qu'il ne se soucie pas des problèmes qui les entoures. Mais moi je veux pas finir mort de désespoir comme les grands érudits. Je veux vivre heureuse avec Gensokyô tout entier!

Je vois la lune qui commence à se lever alors que le soleil est à son crépuscule. C'est magnifique.

"N'est-ce pas un paysage merveilleux?.." Ma voix est douce comme celle d'une enfant. Ce genre de chose me rend toujours un peu mélancolique et j'espère que la fille morte au fond de moi puisse voir ça aussi à travers mes yeux.
avatar
Fuyõsei no Nazo

Messages : 13
Date d'inscription : 09/11/2012
Localisation : Principalement vers la Montagne Yokai

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Message par Reimu Hakurei le Lun 12 Nov - 21:22

Je me lève donc pour aller chercher l'autre bouilloire de thé que j'ai préparé à l'intention des trois fées de la lumières. Il est rare que les gens apprécient autant que moi les infusions au gout très prononcé, et même si je ne sais pas quels sont exactement les préférences culinaires de la nouvelle venue, je préfère opter pour la facilité en lui servant une boisson aux arômes plus doux. Je rapporte même quelques mochis, que je pose sur un plateau à côté de la bouilloire et d'un nouveau bol ; après tout, ce n'est pas tous les jours que je reçois des invités, et ils sont rarement aussi atypiques que cette Nazô.
Le thé est encore chaud, et son odeur, bien plus délicate que celui que je buvais tout à l'heure, se répand progressivement dans l'atmosphère fraîche de ce début de soirée. Après en avoir servi une tasse à la yôkai (même si en vérité je ne sais toujours pas quelle est sa véritable nature) je décide finalement de m'en verser un peu également, histoire de goûter quand même.

"Merci !" dit-elle alors que je lui tend son bol.
Elle me sourit toujours avec gentillesse. Je n'ai vraiment pas l'habitude que l'on se comporte de manière aussi affable avec moi, et cela me gêne un peu. Mais bon, je dois bien avouer qu'il est vraiment plaisant de pouvoir prendre le thé avec une personne qui n'est ni totalement soûle, ni en train de me préparer une mauvaise blague. Enfin je l’espère, et de toute façon, il vaut mieux pour elle que ce ne soit pas le cas !

"Un tel thé réchauffe les âmes !"ajoute l'étrangère avec son éternel sourire.
Je ne suis pas vraiment de cet avis, m'enfin... Moi qui suis habituée aux boissons très fortes, en ce moment même j'ai seulement l'impression de boire de l'eau réchauffée dégageant une forte odeur de jasmin. Mais bon, si cela lui plaît, c'est le principal.

"Tant mieux" dis-je, avant de verser discrètement mon bol dans un trou du plancher de la terrasse. Vraiment trop insipide pour moi.
Un petit silence s'écoule, tandis que j'attend que l'inconnue entame la discussion. Qu'elle prenne son temps, je ne suis nullement pressée ; la nuit commence tout juste à tomber, et déjà la lune pointe le bout de son nez derrière l'horizon paré des couleurs pastelles du crépuscule. Quelques lucioles volettent autour de nous dans un léger vrombissement, et l'air frais est chargé d'une agréable odeur de fleur. Un belle soirée en perspective.
Sereine, je me tourne vers Nazo et lui souris afin de l'encourager à parler. Mais je remarque que son regard est tourné vers l'autre côté de la cour du sanctuaire.

Une nouvelle silhouette s'avance vers nous, mais celle-ci m'est familière... Je reconnaîtrais entre mille ces cheveux coiffés n'importe comment et cette façon de marcher que seules possèdent les personnes issues de nobles familles. Toyosatomimi no Miko est en train de venir tranquillement à notre rencontre, l'air aussi peace and love que d'habitude. J'ai rencontré la sainte taoïste pour la première fois il n'y a pas si longtemps, alors qu'elle venait d'émerger d'un sommeil de quelques centaines d'années (ouais, les princes ne s'embêtent pas). Nous nous sommes ensuite recroisées à plusieurs reprises depuis, notamment lors d'une discussion entre quelques personnalités du coin que j'ai invité au sanctuaire il y a peu.
Si l'on se fit seulement à son port de tête altier et à sa façon de jauger les "personnes du peuple", comme elle aime à nous appeler, tout pourrait porter à croire que c'est juste une sale snob qui se considère au-dessus de tout le monde. Mais je sais qu'en vérité elle est de nature généreuse et a toujours le mot pour rire. Bien que d'un point de vue religieux nous ne partageons pas les mêmes convictions, je dois avouer que je l'apprécie bien (même si pour rien au monde je ne lui dirais, pas dans le cas où l'on me promettrait des montagnes de donations !). Malgré tout, je sais aussi que quand il s'agit de défendre ses intérêts, elle peut se montrer redoutable. Si seulement elle et les deux autres vieilles étaient moins bornées, la situation ne serait pas aussi tendue en ce moment à Gensokyô.

Bref, je la regarde s'avancer tranquillement vers nous avec son petit sourire habituel de gosses de riches. Aujourd'hui elle porte une superbe cape violette brodée de fils d'ors, qui semblent étinceler dans la lumière du soir. Peuh !

"Bonsoir, prêtresse Reimu d'Hakurei, c'est Miko !! ~ Je viens présentement vous apportez quelque donations et discuter avec vous autour d'un bon verre de saké, comme à l'habitude, puis-je vous tenir compagnie ? Et heu, enchantée, jeune créature, je suis Toyosatomimi no Miko, une Ermite Taoïste. ~ "

Je dresse l'oreille : ai-je bien entendu le mot "donations" ?

"Taishi no Kamitsumiya no Umayado no Toyosatomimi no Mikoto, je suis enchantée de vous connaître enfin en chair et en os! Je suis Fuyõsei no Nazo mais vous pouvez m'appeler Nazo !"

Elle a apporté des sous avec elle ?

"Oh et pour vous répondre, je suis un Sphinx. Une chimère d'un lion, d'un oiseau et d'une... humaine. Je suis la Chimère de la Curiosité. J'ai un pouvoir qui m'a permit de presque tout connaître à l'heure actuelle et je manipule le questionnement!"

Mais oui, j'entend le doux sons des pièces qui s'entrechoquent lorsqu'elle marche. Quel joli bruit.

"N'est-ce pas un paysage merveilleux ?"

" HUUUUUU DES SOUS !" criai-je en me levant tout d'un coup tel un ressort. Je commence à sautiller sur place en joignant les mains, et mes yeux doivent sans doute briller aussi fort que ces délicieuses pièces de monnaie que j'entrevois déjà tenir entre mes doigts. "ENFIN !"
Je continue ce petit manège quelques secondes avant de me rendre compte que mes deux visiteuses me fixent avant attention. Je m'arrête immédiatement. Dieu(x). Je viens de me ridiculiser en publique devant l'une des plus importantes personnalité de Gensokyô et de ce qui semble être un Sphinx (si j'ai bien entendu ce qu'elle vient de dire), c'est-à-dire une créature de sang extrêmement noble. Ma réputation est définitivement ruinée.
Pourquoi est-ce qu'il faut que je réagisse comme ça à chaque fois ?!
C'est peut-être pour ça que personne ne fait jamais de dons au sanctuaire.
Je tente cependantde sauver les apparences en changeant immédiatement de sujet.

"Hu-hum, bon, dis-je en me raclant la gorge. Bonsoir Miko, je suis ravie que tu me rendes visite, si je m'y attendais ahaha ! Ahem. Je te sers un peu de sake donc ? Nous nous apprêtions justement à discuter un peu, Nazo et moi. Si tu veux te joindre à nous, ce serait avec grand plaisir."

Et je ne peux m'empêcher d'ajouter :

" La boîte à donations est juste là, n'hésite pas à y déposer quelques pièces ~~"

Je ne suis pas avare. Je veux juste le meilleure pour mon sanctuaire, et c'est la pure vérité. Je suis sûre que même Nazo le sait !

avatar
Reimu Hakurei
Admin

Messages : 279
Date d'inscription : 18/07/2012
Localisation : Sanctuaire Hakurei

Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-gensokyo.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Message par Invité le Lun 12 Nov - 21:56

Quel chaleureux accueil !! Je souris déjà, heureuse de voir que l'ambiance est au rire et à l'Harmonie en ce lieu pourtant pauvre et délabré. Tout d'abord, cette personne hybride est d'une politesse incroyable pour une personne du peuple, et puis d'une beauté atypique mais certes confirmée. Tandis que Reimu ne semble pas mécontente, au contraire, je vois déjà ces yeux briller à ma venue, j'en suis extrêmement flattée. ~
- "Taishi no Kamitsumiya no Umayado no Toyosatomimi no Mikoto, je suis enchantée de vous connaître enfin en chair et en os! Je suis Fuyõsei no Nazo mais vous pouvez m'appeler Nazo ! Oh et pour vous répondre, je suis un Sphinx. Une chimère d'un lion, d'un oiseau et d'une... humaine. Je suis la Chimère de la Curiosité. J'ai un pouvoir qui m'a permit de presque tout connaître à l'heure actuelle et je manipule le questionnement !"

Sur ces paroles, je ne put me retenir d'éclater de rire. Ça n'était pas méchant, c'était juste...
- "Bon sang, votre pouvoir est infaillible, Fuyõsei no Nazo, pour connaître l'entièreté de mon titre et de mes noms !! Décidément, je suis réellement agréablement surprise !! Ah ah ah !! Mais vous pouvez tout simplement m'appeler Miko, je pense que ce sera plus court et plus agréable pour tout le monde ici !" dis-je en étant littéralement pliée de rire. Je repris plus calmement : "Oh, et je m'excuse de vous avoir mal regardée dans ce cas, les chimères sont de magnifiques créatures, dans les légendes, surtout les Sphynx !"

Je m'apprête à parler à Reimu que...
- "HUUUUUU DES SOUS ! ENFIN !"

... Je la vois se tortiller dans tous les sens et hurler comme une gamine qui vient de recevoir le jouet le plus prisé de la mode actuelle. Et j'eus un deuxième fou rire, la soirée s'annonçait plutôt bien !!!
- "Hu-hum, bon, dis-je en me raclant la gorge. Bonsoir Miko, je suis ravie que tu me rendes visite, si je m'y attendais ahaha ! Ahem. Je te sers un peu de sake donc ? Nous nous apprêtions justement à discuter un peu, Nazo et moi. Si tu veux te joindre à nous, ce serait avec grand plaisir... La boîte à donations est juste là, n'hésite pas à y déposer quelques pièces. ~~"

Je la regarde en souriant, retenant encore quelques petits éclats de rire, tout en m'essuyant des larmes de joie.
- "Ah ah ah, aah... Hmmm ah, Reimu ce que vous êtes amusante ! Je veux bien un peu de saké, bien entendu, je ne pers pas mes bonnes vieilles habitudes voyons !! ~~ Et c'est avec plaisir que je peux me joindre à vous, c'est parfaitement ce que j'avais espérer, passer un peu de bon temps avec des personnes de Gensokyo. J'avoue que je m’ennuie assez, toute seule, chez moi."

Et puis je sortit la petite bourse qui devait contenir pas loin de 10 000 Yens, et la tendit à Reimu.
- "Je préfère vous la donner en mains propres, c'est plus naturel. Avec ça, vous aurez de quoi réparer votre plancher et votre toit. ~ "

Je lui fis un petit clin d’œil pour lui prouver de ma complicité. A vrai dire, j'avais beau manipuler le peuple à l'époque, il s'agissait juste d'une méthode afin qu'il ne se rebelle pas. Cela dit, j'ai toujours été à leur service afin qu'il ne souffrent pas, et qu'ils vivent heureux. Ignorer le malheur de quelqu'un est une chose mauvaise et allant à l'encontre même des principes du Tao. Faire tout ce que l'on peut, ici et maintenant. Et puis, Reimu est bien plus jolie, le sourire large et les yeux pétillantes d'étoiles de joie. Cela dit, je m'intéressa à ce dont la conversation allait tourner. Je me demande aussi, comment vivent les gens de Gensokyo, je veux dire, ceux qui y habitent depuis longtemps ou y sont nés. alors j'entame la conversation.
- "Hmm, de quoi parliez-vous toutes les deux, si je puis me le permettre ? J'aimerai savoir comment les personnes de Gensokyo vivent... Tiens, vous, Nazo, comment vivez-vous ? Et d'où venez-vous ?! Vous avez l'air d'être une personne très noble, êtes-vous Ermite ou Prince ?"

Décidément, cette soirée était Harmonieuse, et, présentement agréable. Mon sourire restait là, sur mon visage serein.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Message par Fuyõsei no Nazo le Lun 12 Nov - 23:13

Je regarde encore le paysage, comme une enfant, toujours ce petit sourire aux lèvres mais le rire de Miko me sort de mes pensées. Je me retourne alors donc vers ces deux filles. Elles semblent totalement euphoriques, l'une par l'argent, l'une par la phrase que j'avais prononcé plus tôt. Pris dans un rire contagieux je me met aussi à rire, cependant un peu plus doucement.

"Je serais heureux de partager mes idées avec vous aussi... Je marque une petite pause pour ajouter Miko." Je me permis de lui tirer la langue en faisant un clin d'oeil avant de me mettre à rire à nouveau. Soit, elle semble avoir le sens de l'humour, cette taoïste.

Je vois ensuite la bourse que Miko sort pour la donner à Reimu. J'en ai pris une moi aussi, certes moins conséquente du fait qu'elle est surtout remplie par les pièces que m'offrent parfois les citoyens du village après que je les aie aidé mais elle doit contenir quand même entre 1'000 et 2'000 Yens. Cependant, j'hésite à lui la donner maintenant. Je suis sûre qu'elle va tomber à la renverse si je lui donne maintenant. Je décide alors à placer discrètement ma bourse dans la boîte servant aux donations pour ne pas faire de bruit. L'état de cette boîte est simplement dégoûtant, le bois est entièrement moisi et il y a même des champignons qui poussent à l'intérieur. J'essayerai de voir si je peux faire quelque chose de joli avec le bûcheron du Village.

C'est alors que Miko s'exclame.

"Hmm, de quoi parliez-vous toutes les deux, si je puis me le permettre ? J'aimerai savoir comment les personnes de Gensokyo vivent... Tiens, vous, Nazo, comment vivez-vous ? Et d'où venez-vous ?! Vous avez l'air d'être une personne très noble, êtes-vous Ermite ou Prince ?"

"Oh et bien, j'allais lui poser quelques questions à propos de la guerre de religion mais nous n'avons pas encore commencée. Cependant, je pense que l'on peut mettre ce sujet à plus tard! Sinon, Eh bien, je vis dans une très petite grotte qui se situe sur la façade de la Montagne Yokai donc je ne peux pas dire que je vis comme un Prince. Je suis une simple âme de la plèbe! Et... je prend une grande inspiration, et je relâche mon sourire un moment je suis venu ici un peu par...hasard? Disons que il y de cela un bon moment déjà, les choses on fait qu'une fille est morte pour que je puisse m'incarner alors que je n'étais que l'essence impalpable de la curiosité. Enfin bref" je reprend alors mon sourire sur ces deux derniers mots. Je dois arrêter de me morfondre sur ça, surtout devant des gens, je sais que j'y suis pour rien mais...Cette fille avait encore toute la vie devant elle. Si seulement elle était en vie maintenant. Même si, par égoïsme je ne souhaite pas mourir pour elle non plus, j'aimerais que cette fille puisse découvrir la vie qu'elle n'a pas pu avoir.

Je reprends la conversation, pour ne pas laisser ça ainsi. "D'ailleurs je voulais m'installer proche des humains que je chéris tant, j'essayerai d'obtenir la permission auprès du conseil du village mais ils sont très gentils, je ne pense pas que ça les dérangeront! Cependant, je ne pense pas que la question aie un grand intérêt si je vous la pose à vous deux. Étant donné que je suis en train de prendre le thé chez une et que l'autre nous garde le secret!" Le secret n'existe pas dans le savoir mais bon, je pense qu'il y a une raison au fait que ce soit secret et je ne suis pas ici pour jouer les langues de serpent.

"Oh Reimu, une dernière chose, pourrais-je aussi avoir un peu de sake? ça fait un moment que j'en ai plus bu et je serais ravi d'en boire avec vous!" Mon petit sourire ne va sûrement pas partir de la soirée, je m'amuse tellement avec ces deux autres filles!~

Je me sers d'un mochi et le mange gentiment pour les écouter discuter à leur tour (et pour éviter de m'étouffer, accessoirement), pas que je passe pour une fille qui adore les monologues. J'aborderai le sujet de la religion plus tard.
avatar
Fuyõsei no Nazo

Messages : 13
Date d'inscription : 09/11/2012
Localisation : Principalement vers la Montagne Yokai

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Message par Reimu Hakurei le Jeu 15 Nov - 20:36

Je reste immobile comme une idiote, la bourse dans les mains. Je ne sais pas combien elle contient, mais elle pèse plutôt lourd. Je ne réalise pas encore ce qui vient de passer, je crois ; quelqu'un (et pas n'importe qui) vient de me faire une GIGANTESQUE DONATION. J'essaye de rester digne, tel que l’exige mon rôle, mais au fond de moi j'exulte comme une gamine. Aaah... je rêve déjà de ce que je vais pouvoir faire avec cette montagne de délicieuses pièces de monnaie : réparer mon sanctuaire, tout d'abord. Ça devient franchement impératif, je me suis prise un morceau de plâtre sur la tête cette nuit alors que je dormais tranquillement.
Oh, et puis... pourquoi ne profiterais-je pas de cette soudaine richesse pour y organiser une petite fête ? J'y convierai Miko pour la remercier, ainsi que les gens du village ; cela augmenterait la popularité du sanctuaire !
Et Nazo aussi, pourquoi pas. Elle est beaucoup plus sympathique et bien plus polie que la plupart des yôkai que j'ai eu l'occasion de fréquenter. Et ne parlons même pas de ceux dont je dois me coltiner la présence quotidiennement.
Oui, plus j'y pense, et plus je me dis qu'une petite fête serait vraiment une excellente idée ! Bien sûr, uniquement dans le but de redorer le blason du sanctuaire, hein ; ce n'est pas comme si j'avais envie de prendre du bon temps en buvant du sake et en faisant brûler des feux d'artifices, il ne faut pas croire ! Ahem.
Je jubile intérieurement : Miko, tu n'es peut-être une sale gosse de riche, mais tu es franchement cool ! ( même si tu peux toujours courir pour que je te le dise un jour en face).
Et comme je vois qu'elle pouffe (c'est vrai que ma tête doit être drôle à voir, ahahaha !) je me laisse moi aussi bientôt gagner par le rire, et finalement voila que nous sommes toutes les trois hilares comme des idiotes.
Je commence légèrement a avoir mal aux côtes lorsque Miko, qui semble avoir un peu repris ses esprits, demande :

"Hmm, de quoi parliez-vous toutes les deux, si je puis me le permettre ? J'aimerai savoir comment les personnes de Gensokyo vivent... Tiens, vous, Nazo, comment vivez-vous ? Et d'où venez-vous ?! Vous avez l'air d'être une personne très noble, êtes-vous Ermite ou Prince ?"

Je me tourne moi aussi vers Nazo : effectivement, à part son prénom et son espèce, nous ne savons toujours pas grand-chose sur son compte.

"Oh et bien, j'allais lui poser quelques questions à propos de la guerre de religion mais nous n'avons pas encore commencée. Cependant, je pense que l'on peut mettre ce sujet à plus tard!

"Effectivement", pensais-je en me réservant un peu de thé. Bien que je me doutais un peu de la raison de sa venue, je n'ai vraiment pas du tout envie de lui expliquer les tenants et les aboutissements de cette véritable petite bataille entre trois des plus vieilles peaux de Gensokyô. Surtout pas en ce moment, où l'énorme don de Princesse Miko me ferait perdre quelque peu l'objectivité que je suis supposée garder vis-à-vis de la situation. Soudainement, je ne peux m'empêcher de penser qu'elle a amené cette bourse exprès, afin de m'acheter. Agacée par cette idée, je la chasse bien vite de mon esprit en secouant la tête : ma méfiance naturelle est une qualité, surtout lorsque je dois effectuer mon travail de "protectrice attitrée mais non payée de Gensokyô", mais c'est aussi en partie à cause d'elle que l'on me considère comme une "grande méchante prêtresse". Je n'ai pas envie de douter de ma nouvelle amie, que je sais certes ambitieuse et redoutable quand il s'agit de protéger ses valeurs, mais aussi généreuse de nature et très honnête.
Un peu irritée par mes propres pensées, je porte mon bol à mes lèvres en écoutant la suite du discours de Nazo :

"Sinon, Eh bien, je vis dans une très petite grotte qui se situe sur la façade de la Montagne Yokai donc je ne peux pas dire que je vis comme un Prince. Je suis une simple âme de la plèbe! Et... Je suis venu ici un peu par...hasard? Disons que il y de cela un bon moment déjà, les choses on fait qu'une fille est morte pour que je puisse m'incarner alors que je n'étais que l'essence impalpable de la curiosité. Enfin bref"

Un petit silence s'écoule. On entend à présent que le tintement joyeux du furin et le très léger bruissement du feuillages des cerisiers agités par le vent, qui commence franchement à se lever. Je ne peux m'empêcher de frissonner, malgré la chaleur dégagée par le bol de boisson brûlante que je tiens dans mes mains.
Le passé de Nazo est visiblement tragique, mais avec le temps j'ai appris à mettre mes sentiments de côté pour ne pas me laisser submerger : la pitié n'est pas compatible avec mon rôle de Miko. Cela dit, je me sens tout de même désolée pour cette fille. Son visage est toujours souriant, mais je vois bien que ses yeux noirs sont à présent hantés par une lueur de tristesse. Je lui lance un regard compatissant : c'est le mieux que je puisse faire, malheureusement. Je ne suis pas douée pour consoler les gens, et en ce moment je le regrette.
Alors que je me demandais comment relancer la conversation, la Sphinx reprend :

"D'ailleurs je voulais m'installer proche des humains que je chéris tant, j'essayerai d'obtenir la permission auprès du conseil du village mais ils sont très gentils, je ne pense pas que ça les dérangeront! Cependant, je ne pense pas que la question aie un grand intérêt si je vous la pose à vous deux. Étant donné que je suis en train de prendre le thé chez une et que l'autre nous garde le secret!"

Une yôkai qui veut habiter au village des humains ! Décidément. Originale jusqu'au bout.
Enfin bon, ce n'est pas vraiment une yôkai à proprement parler.

Je lui souris gentiment, l'air de dire "bien sûr, il n'y a aucun souci, les humains t'accueilleront sans problèmes !" Et je pense qu'effectivement elle a des chances de se faire facilement accepter par la communauté du village ; ils en ont vu bien d'autres, et sont régulièrement en contact avec des créatures bien plus effrayantes que Nazo, dont la gentillesse et la politesse seront sûrement tout de suite appréciées.

"Oh Reimu, une dernière chose, pourrais-je aussi avoir un peu de sake? ça fait un moment que j'en ai plus bu et je serais ravi d'en boire avec vous!"

" Où avais-je la tête, le sake ! Désolée Miko, je vais en chercher tout de suite. Pour toi aussi Nazo donc ?"
Je rentre rapidement à l'intérieur, et en revient au bout de quelques secondes, les mains prises par un Chōshi que je trouve étrangement léger, compte tenu du fait que je l'ai rempli d'alcool ce matin ( les fées vont avoir de mes nouvelles !) et trois petites coupes à sake rouges. J'en verse une bonne rasade à Miko (que je sais bonne vivante), et un peu moins à la Sphinx ( dont je ne connais pas les goûts). Enfin, je lève à mon tour mon Choko avec les autres :

"Santé !"
Et je bois d'une traite. Ça fait vraiment du bien ! J'ai déjà envie de me resservir, mais je décide de me contenir devant mes invitées. Même si je tiens bien l'alcool, il est hors de question que je finisse soûle aujourd'hui, d'autant que nous nous apprêtons à entamer une discussion sérieuse - bien que je n'en ai nullement envie. Mais bon, il vaut mieux que Nazo soit informée de ce qui se passe en ce moment dans la région. Je doute qu'elle puisse faire une bêtise, mais sait-on jamais...

"Alors comme ça, tu étais venue au sanctuaire pour discuter de la situation actuelle ?" demandais-je d'un ton calme. En temps normal, j'aurais pu lui expliquer tout simplement les choses, mais je sens qu'avec la présence de Princesse Kamitsumiya Umadayododo ou je ne sais plus trop quoi, je vais devoir un peu revoir mon discours à propos des autres religions...




Dernière édition par Reimu Hakurei le Lun 19 Nov - 3:05, édité 2 fois
avatar
Reimu Hakurei
Admin

Messages : 279
Date d'inscription : 18/07/2012
Localisation : Sanctuaire Hakurei

Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-gensokyo.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Message par Invité le Ven 16 Nov - 6:52

Alors que Reimu terminait sa danse secrète de la pluie d'argent, j'écoutais Nazo, qui, semblait perdre son sourire au fil de ses paroles. Je n'aimais pas réellement lorsque les personnes perdaient leur sourire. La vie devrait être emplie de désirs charnels à satisfaire, et d'en jouir ici et maintenant, et en chaque instant, était le meilleur moyen de mener une bonne et longue vie.
((hrp : ce texte n'a aucune connotation R-18, manger du gâteau, c'est un plaisir charnel ok juste pour dire, voilà. ^^"""))
- "Oh et bien, j'allais lui poser quelques questions à propos de la guerre de religion mais nous n'avons pas encore commencée. Cependant, je pense que l'on peut mettre ce sujet à plus tard! Sinon, Eh bien, je vis dans une très petite grotte qui se situe sur la façade de la Montagne Yokai donc je ne peux pas dire que je vis comme un Prince. Je suis une simple âme de la plèbe! ...je suis venu ici un peu par...hasard? Disons que il y de cela un bon moment déjà, les choses on fait qu'une fille est morte pour que je puisse m'incarner alors que je n'étais que l'essence impalpable de la curiosité. Enfin bref."

Elle semblait affectée par la mort de cette fille. Pourtant à mon sens, cette jeune fille est simplement retournée au Tao, c'est avec fête et joie qu'il faut prendre son départ... Il est normal d'être triste lorsqu'on ne voit pas le réel. M'enfin. Ce ne sont que mes pensées, je n'ai pas à les imposer, et vu le sourire qui se replace sur son visage, je suppose qu'elle a déjà compris ce dont je parlais.
- "D'ailleurs je voulais m'installer proche des humains que je chéris tant, j'essayerai d'obtenir la permission auprès du conseil du village mais ils sont très gentils, je ne pense pas que ça les dérangeront! Cependant, je ne pense pas que la question aie un grand intérêt si je vous la pose à vous deux. Étant donné que je suis en train de prendre le thé chez une et que l'autre nous garde le secret !"

J'émis un petit rire mesquin, comme pour dire "hey hey, eh oui !!" mais e ne prononça pas un mot, la laissant s'exprimer à sa manière.
- "Oh Reimu, une dernière chose, pourrais-je aussi avoir un peu de sake? ça fait un moment que j'en ai plus bu et je serais ravi d'en boire avec vous!"

Mon regard se porta alors sur Reimu, qui avait présentement oublié mon saké. Les prêtresses sont également oublieuses ?! ~~
Cela dit, je ne prononça pas un mot sur la vie de la Sphynx, acquérir ce savoir me suffisait amplement pour la connaître et je n'avais pas besoin de ça pour lui parler de base, mais il était effectivement intéressant d'en apprendre plus sur elle... Par contre, une question se porta dans ma tête. Mais avant quoi, Reimu nous apporta à chacune une coupe de saké, et m'en servit beaucoup, ce qui me fit plaisir.
- "Santé !"
- "Santé, mesdemoiselles !! hmm hmm. ~~"

Puis Reimu reprit la conversation de manière calme, alors que je bu une bonne gorgée de saké.
- "Alors comme ça, tu étais venue au sanctuaire pour discuter de la situation actuelle ?"

La "situation actuelle" hein ? Tout comme a parlé Nazo, la "guerre des religions" hmm... ?
C'était un sujet bien ennuyeux, et qui ne me concerne pas vraiment... Je ne tiens pas à rivaliser. Certes j'ai convaincu beaucoup d'humains grâce à ces statues des singes de la Sagesse, et peut-être que je me ferais des disciples, mais mon but premier était de m'amuser... Comme si j'avais le droit de juger une personne sur sa religion ou ses croyances, ils font bien ce qu'ils veulent. Je désire simplement éviter qu'un massacre d'humains ne se fasse, mais de là à parler de guerre... Décidément, je me sentais bien détachée de tout cela. Je regardais Reimu avec un sourire.
- "La "guerre des religions", n'est-ce pas, Reimu hmm hmm ? ~~ Ne soyez pas mal à l'aise d'en parler devant moi, je vous en prie. Seul le réel est réel, et le mensonge n'est pas une bonne chose."

Cela dit, je tenais à y donner un mot, avant que Reimu ne se mette à y parler. Je me tournais vers Nazo.
- "Vous savez, il n'y a rien d'autre de mieux que de vivre de manière insouciante et profiter de tout ce que l'on peut. S'attarder à des choses comme des guerres et autres types d'esclavagisme du corps et de l'esprit de font pas partie de ma doctrine. C'est pour quoi je vous invite à présentement discuter en toute sincérité, bien que ma présence puisse être au premier abord gênante, je vous en prie, je ne suis pas du genre à radoter comme les vieilles grand-mères et à critiquer qui que ce soit. Et puis, cela peut s'avérer amusant !!"

J'émis un petit rire avant de terminer mon saké. Sérieusement, il fallait informer Nazo de cette guerre, je sentais que ses désirs étaient sincères et bons, si elle pouvait calmer le jeu, alors, qu'elle le fasse. Personnellement, je préférais rester détachée de tout ça, tant que les humains allaient bien et vivaient bien, ce que, d'après Marisa, il n'y avait aucun soucis de ce niveau-là.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Message par Fuyõsei no Nazo le Dim 18 Nov - 2:26

Eh bien, heureusement que je suis là, Reimu ne se souvient même pas du sake au bout de quelques minutes. Après tout, on dit souvent que l'argent ne fait pas le bonheur mais pour elle, je pense que c'est l'exception qui confirme la règle. Elle revient alors avec le sake et nous en verse mais je remarque qu'elle m'en verse un peu moins. C'est vrai que j'ai l'air d'une fille un peu innocente mais j'ai toujours pris plaisir à boire du sake! Alors je me permet de la taquiner un peu.

"Eh bien tu me mets que ça? C'est parce que je suis pas prince ou parce que tu es radine même avec le sake? Je parie que je peux en boire que vous deux!" je rigole d'un air gentillet. J'avais pris un ton un tant soit peu moqueur mais il était évident qui s'agissait là d'une blague.

"Santé !"
"Santé, mesdemoiselles !! hmm hmm. ~~"
"Santé, à cette merveilleuse soirée! ~"

Quoi de plus beau que de boire un bon verre de sake entre fille pendant une soirée chaude d'été.~
Je bois d'une traite le sake et je ressens déjà l'agréable sensation après un bon petit verre, c'est encore mieux que le thé d'avant.

Reimu reprend alors la discussion d'avant.

"Alors comme ça, tu étais venue au sanctuaire pour discuter de la situation actuelle ?"

Ah oui, il faut pas que j'oublie la raison de ma venue. C'est on ne peut plus important. Si on laisse faire, les religions vont commencer à piétiner l'harmonie de Gensokyô en liguant les Youkai les un contre les autres et aussi contre les humains. Je sais bien que Keine protège très bien le village mais ça ne suffira pas contre les religions. C'est pour ça que je dois devenir médiatrice et régler ce conflit. Je pense que si j'explique correctement cela à chaque cheffe de religion, nous éviterons la pire catastrophe qu'il puisse arriver.

"Exactement."

"Vous savez, il n'y a rien d'autre de mieux que de vivre de manière insouciante et profiter de tout ce que l'on peut. S'attarder à des choses comme des guerres et autres types d'esclavagisme du corps et de l'esprit de font pas partie de ma doctrine. C'est pour quoi je vous invite à présentement discuter en toute sincérité, bien que ma présence puisse être au premier abord gênante, je vous en prie, je ne suis pas du genre à radoter comme les vieilles grand-mères et à critiquer qui que ce soit. Et puis, cela peut s'avérer amusant !!"

Voici une information on ne peut plus intéressante, Miko n'est pas pour la guerre. C'est vrai que sa religion est très permissive, comme la plupart d'ici, mais qui sait quand même imposer des barrières, pour définir le taoïsme , je dirais que c'est une sorte d'anarchie contrôlé. Mais n'oublions pas que je dois rester neutre et impartial au niveau des religions, aucune ne doit en dominer une autre et je ne dois pas faire de faveur à qui que ce soit. Je décide alors de commencer mon speech.

"Effectivement, je suis venu parler de religions. Comme nous le savons tous ici, il y a trois grandes religions. La tienne Miko, le Taoïsme qui cherche à sensibiliser les hommes sur l'épanouissement de leur vie. Ensuite, la tienne, Reimu, et du sanctuaire Moriya, le Shintoïsme qui cherche à sensibiliser les hommes sur le monde qui les entoure et enfin le Bouddhisme, représenté par le temple Myouren, qui cherche à sensibiliser les hommes sur le respect de la vie et d'autrui. Ce sont des religions très nobles mais alors qu'elles pourraient co-exister, elles vont bientôt se piétiner les unes sur les autres, c'est pourquoi je veux devenir la médiatrice des religions. Je pense que mon savoir et mon tact serait utile pour régler ce conflit afin d'éviter que Gensokyô tout entier sombre dans la guerre. Mes paroles doivent vous sembler très noires mais c'est une fin à ne pas omettre."

Mon visage est neutre et sérieux. je n'arrive pas beaucoup à rire sur ce genre de sujet quand j'en parle sérieusement. Après tout, le simple fait d'imaginer un Yokai qui était censé être pacifique avec les humains et tout d'un coup il cède à son instinct et dévore des habitants du village tout ça car une religion l'a déclaré passif me faisait frissonner.

Je regarde tour à tour mes deux interlocutrices en attendant patiemment une réponse.
avatar
Fuyõsei no Nazo

Messages : 13
Date d'inscription : 09/11/2012
Localisation : Principalement vers la Montagne Yokai

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Message par Reimu Hakurei le Ven 23 Nov - 1:40

Après avoir posé la question à Nazo, je jette discrètement un coup d'oeil à Miko ; même si je suis sûre qu'elle ne se sent pas vraiment concernée par le conflit qui se prépare en ce moment, je dois dire que j’appréhende quand même quelque peu sa réaction. Après tout, d'un point de vue purement idéologique, nous pouvons être considérées comme des rivales. Et même je doute sincèrement à propos du fait que miss gosse de riche puisse attacher une quelconque importance à cette pseudo guerre sainte, il faut tout de même que je reste prudente. Après tout, n'a-t-elle pas menti à son peuple entier pendant des années uniquement pour servir ses intérêts ? On n'aura beau dire, elle reste une adversaire redoutable, même si je pense que si affrontement il y a, elle sera la moins à craindre du fait de son attitude détachée.
Heureusement, elle ne semble pas gênée le moins du monde par ma question. Il faut dire aussi que j'ai choisi mes mots avec grand soin, afin de trouver la formulation la moins provocante possible... Et je peux vous dire qu'au vu du contexte actuel, ce n'est pas une mince affaire de contenter tout le monde.
Et c'est avec son ton serein habituel qu'elle m'encourage à poursuivre :

"La "guerre des religions", n'est-ce pas, Reimu hmm hmm ? ~~ Ne soyez pas mal à l'aise d'en parler devant moi, je vous en prie. Seul le réel est réel, et le mensonge n'est pas une bonne chose."

Evidemment, Miko ne serait pas Miko si elle ne ponctuait pas chacune de ses phrases d'une de ces citations philosophiques sorties tout droit de son cerveau princier, et dont évidement le sens m'échappe.
Alors que je lève discrètement les yeux au ciel, elle se tourne vers Nazo pour continuer :

"Vous savez, il n'y a rien d'autre de mieux que de vivre de manière insouciante et profiter de tout ce que l'on peut. S'attarder à des choses comme des guerres et autres types d'esclavagisme du corps et de l'esprit de font pas partie de ma doctrine. C'est pour quoi je vous invite à présentement discuter en toute sincérité, bien que ma présence puisse être au premier abord gênante, je vous en prie, je ne suis pas du genre à radoter comme les vieilles grand-mères et à critiquer qui que ce soit. Et puis, cela peut s'avérer amusant !!"
Et elle conclut son discours d'un rire mystérieux.

Soulagée, je ne peux m'empêcher de lâcher un petit soupir apaisé. Comme je le pensais, Princesse Miko, fidèle à ses idéaux de trap peace and love plein de sagesse, ne sera pas l'adversaire la plus à craindre dans la rude bataille qui s'annonce. Il est vrai que prendre part violemment au conflit serait en quelque sorte aller à l'encontre des principes de son T-A-O chéri. Cela dit, même en mettant de côté la religion, je la sais très futée, et le fait qu'elle perçoive la situation actuelle comme de simples enfantillages ne m'étonne pas vraiment.
D'un autre côté, je ne peux m'empêcher de rester sur mes gardes ; on ne change pas ses (mauvaises) habitudes. Et si cette désinvolture était feinte ? Qu'est-ce qui prouve qu'elle n'est pas là uniquement dans le but de nous espionner, ou de se moquer de nous ? A ces pensées, je secoue la tête si vivement que je manque de renverser ma coupe de sake ; je me déteste vraiment lorsque ma méfiance me fait douter de la bonne foi de mes amis. Une vraie parano.
Le temps que je me calme avec l'aide de mon fidèle ami le sake, je décide de laisser Nazo répondre.

"Effectivement, je suis venu parler de religions. Comme nous le savons tous ici, il y a trois grandes religions. La tienne Miko, le Taoïsme qui cherche à sensibiliser les hommes sur l'épanouissement de leur vie. Ensuite, la tienne, Reimu, et du sanctuaire Moriya, le Shintoïsme qui cherche à sensibiliser les hommes sur le monde qui les entoure et enfin le Bouddhisme, représenté par le temple Myouren, qui cherche à sensibiliser les hommes sur le respect de la vie et d'autrui. Ce sont des religions très nobles mais alors qu'elles pourraient co-exister, elles vont bientôt se piétiner les unes sur les autres, c'est pourquoi je veux devenir la médiatrice des religions. Je pense que mon savoir et mon tact serait utile pour régler ce conflit afin d'éviter que Gensokyô tout entier sombre dans la guerre. Mes paroles doivent vous sembler très noires mais c'est une fin à ne pas omettre."

Décidément, cette fille est vraiment d'une perspicacité et d'une bonté exemplaire. Je me demande vraiment comment elle a fait pour tenir tête aux autre yôkai de Gensokyô jusqu'à présent, dont la plupart n'hésiteraient pas à dévorer leur propre mère (si ils en avaient une) pour devenir plus puissant ou tout simplement calmer leur faim.
Enfin, sa finesse me facilite grandement les choses ; je ne vais pas avoir à lui expliquer grand-chose. Voila qui m'arrange bien, car je sens que je vais devoir souvent détailler la situation à l'avenir, et cela ne m'enchante guère. Autre chose, elle semble être déjà au courant du système des médiateurs que nous avons mis en place avec la Yama. L'info a donc circulé bien plus vite que je ne le pensais. Je me demande ce qu'on en dit au village des humains ? Quand j'irai y faire mes courses pour la fête, j'en profiterai pour tâter la température.
Je me gratte le menton, pensive. Nazo, médiatrice ? Son intelligence et son sens du dialogue seraient effectivement de sérieux atouts pour ce rôle ; et même si je crains que sa bonté ne soit un sévère handicap, elle semble réellement tenir à la paix de Gensokyô, ce qui équilibre la balance.

" Je pense que tu as des chances d'être choisie, Nazo. Tu as toutes les qualités requises pour assurer cette tâche, et je suis sûre que ta présence en tant que médiatrice arrangerait déjà beaucoup les choses. Connais-tu déjà les formalités des épreuves de sélection ?"

Je jette un coup d'oeil rapide à Miko : est-elle au courant du petit projet qu'Eiki et moi-même avons mis en place ? Qu'en pense-t-elle ?

"Dans quelques temps, je vais lancer un appel à travers Gensokyô afin de rassembler les volontaires intéressés par ce rôle. Vous serez alors contraints de participer à une épreuve en deux parties ; un tournoi tout d'abord, afin d'évaluer lvos capacités physiques, mais aussi et surtout votre sens de la stratégie, au cas-où la situation dégénérerait vraiment. Puis en second lieu, vous serez envoyés en enfer afin de répondre à une question posée par Shiki Eiki Yamaxanadu en personne. Selon la réponse, qui jugera de vos motivations et de votre bonne foi, vous serez sélectionnés ou non."

Je me tait un instant, le temps de reprendre une gorgée de sake. Il commence vraiment à faire froid, et la chaleur de l'alcool me fait du bien.

"Maintenant, tu as raison, il n'est pas impossible que le pays finisse définitivement par sombrer dans la guerre. C'est pourquoi nous avons mis en place ce système avec la Yama. Même si Miko ne semble pas vraiment propice au conflit, je peux te dire que ce n'est pas le cas de tout le monde. Connais-tu Byakuren Hijiri, la moine boudhiste qui a récement installé son temple près du village des humains ? Sous ses airs de sainte nitouche, c'est une menteuse qui magouille avec les yôkai, et dont le passé n'est pas tout blanc, loin de là."

Je repense à notre affrontement, il y a de cela quelques mois déjà. Les gens trop parfaits ont tendance à m'énerver, et Hijiri, avec son mode de vie de vieille grand-mère et sa maison transformée en véritable "refuge du bonheur pour créatures SDF" ne déroge pas à la règle. Son ton doucereux notamment a le don de m'énerver prodigieusement. Peuh ! Et qu'on ne dise pas que je suis jalouse de sa popularité, je nie tout net ! Ça n'a absolument rien-à-voir, non mais !
Qui plus est, en tant que miko, je n'approuve pas du tout le fait que l'on fasse ami-ami avec les yôkai. Cela dit, en tant que Reimu... mais là n'est pas la question.

"Et il y a aussi Kanako Yasaka, la vieille Déesse du sanctuaire Moriya au sommet de la montagne. Elle est une manipulatrice finie, et son ambition est sans bornes.Pour accumuler de la foi, elle serait prête à aller très loin"

"Et en plus, elle me pique tous mes clients " ajoutai-je intérieurement.
Ces derniers temps, Yasaka m'a causé bien du souci. Sa dernière folie en date ? Confier un pouvoir terriblement puissant à une pauvre cervelle d'oiseau afin de développer le... nukélaire, c'est bien ça ? Je rêve. Qu'est-ce que Gensokyô en a à faire, du nucleraire ? Tout pour se la jouer, décidément. Et dire qu'elle a OSE me demander de fermer mon sanctuaire, non mais quel toupet !!
Tandis que je maugrée comme une vieille peau sénile, un petit silence s'écoule. Je me rend soudainement compte que je viens de dire du mal d'une déesse shinto, que je suis sensée respecter en tant que telle. Voila qui ne va pas arranger ma réputation.
Je me sens rapidement obligée d'ajouter :

"Je sais que ça peut sembler paradoxal de déprécier ainsi quelqu'un avec qui je partage la même religion. Mais même si je reste shintoïste avant tout, mon devoir est de préserver l'harmonie à Gensokyô. En agissant ainsi, je ne remet pas en cause mon idéologie, je la protège au contraire. Si guerre sainte il y avait, je suis sûre que l'impact sur les croyances serait énorme"

Tout compte fait, je trouve cette réflexion finale ridicule ; comme si j'avais besoin de prouver à qui que ce soit que je tiens à mes valeurs ! Ai-je vraiment si peur que mon auditoire ne me prenne pas au sérieux ? Il est vrai que cela serait compréhensible ; le sanctuaire est tellement décrépi et sa fréquentation si faible que l'on pourrait presque penser que la dimension sainte de ce lieu a totalement disparu. Mais c'est faux ! Je suis sûre que les gens finiront par se tourner de nouveau vers la foi et que de nombreux fidèles reviendront bientôt ici, comme au temps de mes ancêtres.
Du moins, je l’espère.
Je pousse un long soupir triste : la nuit est presque totalement tombée à présent, et sans la faible lueur des lucioles qui virevoltent autour de nous, nous n'arriverions même pas à nous distinguer l'une de l'autre dans l'atmosphère d'encre de cette fin de soirée. Bon, ok, c'est vrai que même dans le noir le plus complet, il serait difficile de passer à côté de Miko, qui brille comme un phare avec sa cape bling bling, à moins d'être aussi myope qu'un tanuki à lunette. Mais il commence franchement à faire froid, et le vent glacé qui souffle dans la cour du sanctuaire est vraiment désagréable. On sent que l'automne est proche.

" On n'y voit vraiment plus rien ici, et si je reste assise là une seconde de plus, je sens que je vais me transformer en véritable glaçon. Aussi, je vous propose que l'on continue cette conversation à l'intérieur"

Et sans attendre leurs réponses, je commence à charger le plateau avec les tasses de thé encore à moitié pleines.
avatar
Reimu Hakurei
Admin

Messages : 279
Date d'inscription : 18/07/2012
Localisation : Sanctuaire Hakurei

Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-gensokyo.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Message par Invité le Ven 23 Nov - 10:44

Dis-donc, j'en apprenais, des choses, aujourd'hui... Je n'étais pas au courant de ce système de médiation, personnellement. Est-ce que cela avait été fait sans que personne ne le sache ? Est-ce que Kanako et Byakuren était au courant... ? Aurais-je été mise à l'écart ...? Il était sans dire que n'étant plus Prince, les gens m'accordaient très certainement bien moins d'importance qu'autrefois. Et si, par le plus grand des hasards, je devais me mettre également à récolter de la foi, avec l'élégance du taoïsme, tout comme le font les deux autres, Byakuren et Kanako ? Quelques questions venaient se poser dans ma tête, mais au final, cette situation ne m'intéressait pas. Je comptais parfaire ma formation afin de devenir une céleste, pourquoi est-ce que je devrais me préoccuper de ce qui se déroule en ce moment, sincèrement ? Tant que les humains sont biens, je n'ai aucune raison de m'inquiéter, bien que ma paix risque d'être gravement troublée si Kanako ou... Byakuren risquent de m'attaquer. Bien que j'ai passé un accord avec cette dernière... Soit.

Après que Reimu ait finit de parler, ainsi que Nazo, et de nous inviter entrer l'intérieur de son temple, et près être installées, je prends directement la parole.
- "Je vois, alors des mesures de sécurité ont été prises dans l'ombre, dans le cas où les ""sa-in-tes"" dégénèreraient... Bien que l'information ait tourné me semble-t-il, je pense que les grandes puissances de Gensokyo ne sont pas au courant, est-ce volontaire ? Avais-je le droit de participer à cette conversation, pour le coup ? Si ce n'est pas le cas, mes excuses, ma volonté n'était pas de vous déranger."

Je marque un léger temps de pause afin de bien articuler ma suivante phrase.
- "Reimu, je pense que ce n'est certes pas bon de médire sur les autres puissances, ça s'appelle de l'influence, et je pense que vous ne devez pas penser mieux de moi réellement. Byakuren, malgré son tempérament naïf et à tendance mythomane, est une personne douce avec laquelle j'ai réussit à trouver un accord, malgré nos personnalités différentes et nos opinions départagées. Tandis que Kanako, bien que ses idées d’industrialisation de Gensokyo soient effrayantes, elle ne reste pas moins une déesse qui désire faire une bonne chose et tenter de conserver un équilibre. Bien entendu, vous n'étiez pas présente lors du Symposium et ne vous y êtes pas intéressée, c'est pourquoi votre connaissance de la situation est peut-être altérée. ~~"

Je m'arrête de nouveau, deux petites secondes tout au plus.
- "Tout autant que je ne suis très certainement pas parfaite et que beaucoup de personnes doivent ne pas m'apprécier, mais, c'est la vie, n'est-ce pas. Fu fu. ~ Cela dit, ce système de médiateur n'en est pas pour autant une mauvaise idée, peut-être que cela en est même une excellente, mais pourquoi ne pas m'avoir consultée, moi qui voulait vous donner quelques con-se-ils pour vous aider à maintenir la paix en Gensokyo ? Cette idée de condamnation des Youkaïs pour leurs crimes était une excellente chose."

J'avais placé volontairement Nazo en retrait pour ainsi lui montrer la situation, de mon point de vue, elle pouvait se forger le sien d'une meilleure façon, ainsi, sachant qu'elle était sans-désir de corrompre quoi que ce soit. Il fallait tout simplement éviter de la manipuler, et de lui faire créer un faux avis sur des personnes telles que Byakuren ou Kanako. Je porte alors mon regard sur la chimère.

Et, j'aime ça, l'impertinence, oui, Reimu. Loin de moi l'idée de te blesser ou de te ridiculiser plus bas que terre, mais il vaux mieux pour toi de voir la réalité en face.
- "Hey, autrement, je me répète mais, si je n'ai rien à faire dans cette conversation, dites-le moi, même si ce serait dommage, le saké est délicieux. ~~"

Je fais un clin d'oeil en souriant aux deux autres et continue de boire ma coupe tranquillement.
Reimu semblait vouloir forcer les personnes se présentant chez elle à la suivre. Et connaissant son désir d'exterminer les Youkais, tous les Youkais, elle s'avérait aussi dangereuse que Kanako...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Message par Fuyõsei no Nazo le Dim 9 Déc - 2:25

Tout cela est fort intéressant! La pensée des gens est la seule chose que je ne connais pas instinctivement et franchement, ça me passionne. Voir que tout le monde fonctionne différemment car il a vécu d'autres expériences et qu'il est tout simplement lui-même, c'est fascinant...Enfin bref, je m'égare. Il semblerait que le système de médiateur était resté inconnu pour Miko. Plutôt étrange, soit elle n'est pas très renseigné, soit c'est Reimu qui a voulu gardé ça uniquement pour les humains car après tout, c'était de mes amis les villageois que j'avais eu cette information, le début d'une grande aventure que je comptais mener à bien!

Je suis Reimu qui nous fait rentrer dans son sanctuaire et profite du temps que l'on s'installe à nouveau pour réfléchir correctement. Si j'ai bien compris, j'ai des chances d'être choisie. Cette nouvelle me ravie profondément! Ensuite les principaux acteurs de cet évènement sont Miko, la Taoïste, elle semble pas très impliqué et prêche la bonne entente, je ne pense pas qu'elle soit très dangereuse pour cette guerre MAIS, il faut toujours se méfier, même de ses amis. Ensuite, Byakuren, la Bouddhiste, elle ne peut pas tuer certes mais elle peut toujours essayer de faire quelque chose, de plus, elle semble un tant soit peu naïve bien qu'ayant de bonnes attentions, le fait de vouloir rapproché les humains des Yokai et inversement est quelque chose de délicat et un mouvement de masse est risqué. Je pense que je manque un peu de fond réel pour établir un profil sûr. Je pense qu'aller lui parler autour d'une bonne tasse de thé est une bonne idée, même si Miko dit qu'elle à tendance à mentir, c'est toujours mieux que rien. Et finalement, Kanako, La Shintoïste, elle semble très fixée sur l'industrialisation, pas une très bonne idée à mon goût. Gensokyô est un pays pur et serein, je pense que aucun changement a besoin d'être fait. Elle semble aussi assez brutale d'après ce qu'on m'a dit mais à nouveau, un verre de sake autour d'une table ferait du bien à ma connaissance et à mon objectivité. Sinon, pour maintenir l'ordre nous avons Reimu et Shikieiki, je pense que je n'ai rien à redire sur Reimu. En revanche, Shikieiki semble quelqu'un de très lucide mais peut-être un poil trop stricte. Heureusement, nous avons déjà prévu de nous voir bientôt. Ça risque d'être une expérience enrichissante!

Nous sommes enfin installées. Je souris et je commence par reprendre la discussion.

"Il ne me semble pas que je me souvienne de ces épreuves de sélection. Pouvez-m'en parler d'avantage? C'est avec un grand plaisir que je vous écouterais. D'ailleurs, quand sera-t'il possible d'accomplir ces épreuves? Je pense que le plus vite serait le mieux. De plus, je comptais bientôt aller rendre visite à la Yama. Et ne t'inquiètes pas, je comprend tes réactions par rapport à Kanako et aux autres. Quand de telle chose sont en jeu, il faut savoir pointer du doigt."

Je marque un temps en me tournant vers Miko, afin de lui adresser plus spécialement la parole.

"J'ai une petite question. N'avez-vous jamais entendu parler de ce projet de médiation? Il semble crucial que ce point soit éclairé chez tout les grandes chefs. Si il le faut, j'irai en parler, je dois justement aller discuter avec tout ce beau monde. D'ailleurs, accepteriez-vous de me revoir une fois? Passer une journée avec vous uniquement serait une bonne idée pour vous mettre sur un pied d'égalité avec les autres. Et puis, vous êtes quelqu'un de bon vivant avant d'être "chef de religion".

Comme tout le monde, il ne faut pas l'oublier. Nous sommes tous des êtres qui vivons différentes choses, autant à l'intérieur qu'à l'extérieur de soi. Je pense que c'est quelque chose d'important qu'il ne faut jamais omettre car chacun à ses idéaux qui peuvent nous plaire ou non, mais ça n'empêchera jamais cette personne d'être quelqu'un d'extraordinaire..."


J'étais plutôt fier de mon speech, c'est quelque chose que j'aimais bien rappeler aux gens que je croisais et souvent, ça aidait.

Je saisis mon verre de sake et le brandit en l'air, demandant en souriant

"Alors Reimu, le sake, il arrive" avant de lâcher un petit rire joyeux.

[HS: Je m'excuse pour le délais et la taille du post. Je suis vraiment quelqu'un de minable. I wish I was a Nazo...]


Dernière édition par Reimu Hakurei le Lun 10 Déc - 23:31, édité 2 fois (Raison : ;______;)
avatar
Fuyõsei no Nazo

Messages : 13
Date d'inscription : 09/11/2012
Localisation : Principalement vers la Montagne Yokai

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Message par Reimu Hakurei le Dim 13 Jan - 23:00

Nous voici toutes les trois à l'intérieur, assises bien au chaud autour de la table basse de la petite salle de séjour. J'ai posé le reste de thé devant nous, bien qu'il soit à présent si froid que je doute que quiconque n'ait envie d'y toucher. Quant au sake, il n'y en a presque plus, et j'avoue que malgré mes bonnes résolutions, je n'ai plus les idées très claires. Il est vrai que je n'arrive pas à résister à la tentation lorsque je suis en présence de bon alcool, mais dans ce genre de situation, je devrais garder une tenue irréprochable. A présent, vu mon état, cela va être un peu compliqué. Quelle abrutie... Je soupire discrètement.

Miko a à peine posé son royal fessier sur le tatami qu'elle prend déjà la parole :

"Je vois, alors des mesures de sécurité ont été prises dans l'ombre, dans le cas où les ""sa-in-tes"" dégénéreraient... Bien que l'information ait tourné me semble-t-il, je pense que les grandes puissances de Gensokyo ne sont pas au courant, est-ce volontaire ? Avais-je le droit de participer à cette conversation, pour le coup ? Si ce n'est pas le cas, mes excuses, ma volonté n'était pas de vous déranger."

J'en reste bouche-bée. Oh-oh. On dirait que Princesse gosse de riche n'est pas très contente.

"C'est-à-dire que...

Je dois absolument justifier notre prise de décision secrète avec Yama, qui n'était évidement pas du tout une provocation envers les trois grandes "sa-in-tes" de Gensokyô. Si nous avons choisi de ne pas convier les principales intéressées à notre réunion extraordinaire, c'est pour éviter un refus catégorique de la part de l'une ou l'autre, ou pire ; qu'elles s'organisent à l'avance face à ce "projet", chacun de leur côté, afin de profiter de la situation et la tourner à leur avantage personnel. Surtout pour Yasaka.
En tenant notre langue au début, puis en laissant parvenir l'information naturellement jusqu'à leurs saintes oreilles, nous nous sommes ainsi assurées qu'il n'y aurait aucune opposition à notre décision et que Kanako, Byakuren et Miko partiraient chacune sur un pied d'égalité vis-à-vis des unes et des autres. Ce n'est certes pas très honnête, et j'en convient parfaitement ; mais si pour sauver Gensokyô je dois mentir, alors je m'y plierai sans aucune protestation, car il en va de mon devoir.
Miko, qui a menti pendant des années à son peuple "pour son bien", pourra peut-être comprendre cela. Mais elle ne me laisse pas le temps de m'expliquer :

"Tout autant que je ne suis très certainement pas parfaite et que beaucoup de personnes doivent ne pas m'apprécier, mais, c'est la vie, n'est-ce pas. Fu fu. ~ Cela dit, ce système de médiateur n'en est pas pour autant une mauvaise idée, peut-être que cela en est même une excellente, mais pourquoi ne pas m'avoir consultée, moi qui voulait vous donner quelques con-se-ils pour vous aider à maintenir la paix en Gensokyo ? Cette idée de condamnation des Youkaï pour leurs crimes était une excellente chose."

Je fixe Miko quelques secondes ; malgré son ton calme et désinvolte habituel, ses paroles sont pour moi aussi acérées que la lame d'une épée. Se sent-elle véritablement trahie ? Avons-nous bien fait de laisser les trois grandes chefs religieuses de Gensokyô sur le côté ?
Je perçois également quelque chose dans son discours qui me déplaît fortement ; j'ai l'impression que la Taoïste pense que j'essaye de manipuler Nazo à mon avantage. Ce qui n'est pas du tout le cas ; comment pourrai-je me prétendre être la gardienne de Gensokyô en faisant une chose pareille ?
Je suis si chamboulée par les propos de Miko que je suis bien incapable d'ajouter quoique ce soit. Interprète-elle mon silence comme coupable ? J'ai la tête si lourde que je n'arrive plus à réfléchir. Pourquoi mes Dieux, pourquoi a-t-il fallu que je boive autant ?!

"Hey, autrement, je me répète mais, si je n'ai rien à faire dans cette conversation, dites-le moi, même si ce serait dommage, le saké est délicieux. ~~"

Cette dernière remarque me tire de ma torpeur. Je dois absolument tirer les choses au clair ; sinon, je sens que notre récente amitié pourra en pâtir. Et même si tu peux toujours courir pour que je te le dise un jour, chère Princesse Trap, je pense que rester sur ce malentendu avec toi me ferait beaucoup de peine.
Je secoue la tête et me racle la gorge :

"Miko je comprend que tu te sentes lésée d'avoir été volontairement mise à l'écart lors de notre prise de décision avec Yamaxanadu ; mais cela n'était pas du tout dans le but de te provoquer, et encore moins parce que nous te t'apprécions pas. En vérité, nous voulions simplement éviter un refus catégorique de la part de l'une d'entre vous ; après tout, vous pourriez très bien considérer cette mesure comme un moyen de vous empêcher de récolter de la foi ou de détruire vos institutions. Nous craignions aussi qu'en vous mettant au courant, vous anticipiez le contexte particulier que nous allons bientôt devoir mettre en place pour en tirer avantage. Evidemment, ce n'est pas très franc de notre part... Ou plutôt, de ma part, puisque c'est moi qui ai insisté pour ne pas vous convier à cette réunion. Après tout, je commence à vous connaître, et je ne pense pas que cela se serait déroulé de cette façon si vous aviez assisté à notre prise de décision, mais j'ai préféré jouer la carte la prudence plutôt que celle de l’honnêteté ; je veux agir pour le bien de Gensokyô avant tout. Cependant, je sais à quel point cela peut être frustrant, voir blessant, d'avoir été ainsi mises à l'écart, surtout en tant que pièces maîtresses de l’échiquier du Pays des Illusions. Aussi, je m'excuse sincèrement."

Je marque à mon tour une petite pause ; mes yeux me picotent un petit peu. Oops, c'est vrai que j'ai l'alcool triste. Surtout, se ressaisir, ne pas se laisser emporter. Il en va de ma réputation !

" Arrête-moi également si je me trompe, mais tu sembles... considérer que je déprécie Byakuren et Kanako dans le but de rallier Nazo à ma cause. Ce n'est en aucun cas mon attention, et un tel comportement serait indigne du rôle que je suis sensée tenir vis-à-vis de Gensokyô."

Je jette un coup d'oeil à Nazo ; elle écoute gravement, l'air concentré. Je m'en veux un peu de parler d'elle de cette façon, comme si elle n'était pas là. Aussi, je lui fais un petit sourire pour lui signifier que je n'ai pas oublié sa présence.

" Mon rôle de prêtresse m'oblige à mettre entre les yôkai et moi une certaine... distance. Et leur chasse fait partie de mes devoirs. Mais comme tu peux le constater, je ..."

Je prends une petite inspiration. Pourquoi est-ce que je me sens absolument obligée de me justifier vis-à-vis de tout ça ? L’amitié de Miko est-elle si importante pour moi ?
Quoiqu’il en soit, je vais devoir être obligée de dévoiler quelque chose que je pensais ne jamais avoir à raconter ; si par malheur cela s'apprend, ma réputation de prêtresse est ter-mi-née.

« Comme tu peux le constater donc… Au fond, je ne suis pas … totalement hostile au yôkai… »

A ce moment précis, je n’aimerais pas voir à quoi ressemble mon visage, mais j’imagine que sa couleur doit s’approcher de celle d’une soupe tomate-poivron-piment. Ou quelque chose du genre.

« Je... Je n'aimerais pas que cela s'ébruite... Vous comprenez, ce serait assez mal vu... En tant que Miko... Couronnes, Keros, Ganbos, Dedens, toussa toussa... Euh… »

Je sens ma dignité s’échapper par chacun des pores de ma peau. Vite, trouver quelque chose, n’importe quoi ! Je ne veux pas que Nazo et Miko gravent cette image de moi dans leur mémoire !

« Euh, ça va bientôt être le temps des patates douc…"

"J'ai une petite question. N'avez-vous jamais entendu parler de ce projet de médiation? Il semble crucial que ce point soit éclairé chez tout les grandes chefs. Si il le faut, j'irai en parler, je dois justement aller discuter avec tout ce beau monde. D'ailleurs, accepteriez-vous de me revoir une fois? Passer une journée avec vous uniquement serait une bonne idée pour vous mettre sur un pied d'égalité avec les autres. Et puis, vous êtes quelqu'un de bon vivant avant d'être "chef de religion".""

Je jette un nouveau coup d'oeil à Nazo ; s'est-elle rendu compte de ma gêne, ou bien était-elle si concentrée qu'elle n'a absolument rien vu ? Quoiqu'il en soit, je lui en serai éternellement reconnaissante d'être intervenue à temps. Je ne peux pas m'empêcher de pousser un grand soupir de soulagement. Merci ma petite, je te revaudrai ça un jour, promis !
Du coup, j'écoute ses propos avec grande attention ; maintenant qu'elle en parle, il est vrai que l'on est pas sûr que l'information soit effectivement bien arrivée aux oreilles royales/divines/gradient de toutes les intéressées. Oups. Vais-je devoir me réexpliquer encore une fois, quitte à me mettre à nouveau dans une situation aussi gênante que celle que je viens de traverser ? Plutôt brûler ma boite de donations, tiens !
De fait, je me sens obligée d'intervenir, même si la sphinx s'adressait plutôt à Miss Coiffure Hypster.

"Hum, j'imagine que cela a du forcément leur parvenir d'une manière ou d'une autre, tu sais. Le temple Myouren est très proche du village des Humains, et je sais que Hijiri s'y rend assez fréquemment. Quant à Yasaka... Hum. Elle est tellement populaire qu'il y aura bien forcément quelqu'un parmi les nombreuses personnes qui fréquentent son sanctuaire qui lui aura dit, ou un truc du genre."

Les coudes sur la table, je pose mon visage dans mes mains ouvertes en poussant un petit soupire. Nazo est tellement gentille... J’espère vraiment qu'elle aura les épaules pour tenir tête à une personnalité comme Kanako ; si oui, je suis sûre que sa présence en tant que médiateur sera très bénéfique.

"Quoiqu'il en soit, je ne pense pas que ce soit une bonne idée d'intervenir auprès d'elles de cette façon Nazo. Il est encore trop tôt. Laissons-les apprendre cela par elles-même, si ce n'est pas déjà le cas. C'est à moi qu'elles devront demander des comptes ; c'est moi qui suis l'instigatrice de tout cela, après tout. Et j'imagine qu'elles seront sans doute elles-aussi un peu en colère... " dis-je en jetant un bref regard à Miko.

Mais voila que la yôkai reprend déja :

"Comme tout le monde, il ne faut pas l'oublier. Nous sommes tous des êtres qui vivons différentes choses, autant à l'intérieur qu'à l'extérieur de soi. Je pense que c'est quelque chose d'important qu'il ne faut jamais omettre car chacun à ses idéaux qui peuvent nous plaire ou non, mais ça n'empêchera jamais cette personne d'être quelqu'un d'extraordinaire...""

Oh mes Dieux, voila que Nazo se lance elle aussi dans la grande philosophie ! Comme si Princesse Trap n'était pas suffisante dans le rôle de Confucius sous acide. M'enfin, si cela lui faisait plaisir... Elle était plutôt touchante, avec son optimiste. J'aimerais pouvoir être comme elle et voir les choses sous un angle si joyeux, plutôt que de me prendre sans cesse la tête à propos de mon image de prêtresse déjà bien amochée ou encore à cause de vieilles yôkai influentes. Malheureusement ce n'est pas du tout dans ma nature, et cela ne le sera jamais... Quel dommage.
Je suis déjà repartie à ruminer lorsque la douce Nazo lève sa coupe de sake :

"Alors Reimu, le sake, il arrive ?"

Et elle éclate d'un rire tranquille et cristallin. Je l'avoue, elle est absolument adorable.

"Oh oui, désolée, je reviens tout de suite !" dis-je en me levant.

Je ne pense pas que ce soit une très bonne idée pour moi de continuer à boire, mais après toutes ces émotions, j'ai vraiment besoin d'un petit verre d'alcool. Et du fort, si possible...
avatar
Reimu Hakurei
Admin

Messages : 279
Date d'inscription : 18/07/2012
Localisation : Sanctuaire Hakurei

Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-gensokyo.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Message par Invité le Mar 15 Jan - 12:52

J'écouta alors le long discours de Reimoche me concernant. Tout ce qui transparait de son discours est une peur inévitable quant à notre relation, j'imagine, ce qui est assez triste puisque je ne pense absolument pas comme ça. Finalement, elle est bien mignonne cette petite, malgré toute sa lunaticité dans ses propos. Je comprends bien évidemment le fait qu'il faille conserver un équilibre entre les différents partis et poser dès le départ des limites, mais je l'ai toujours répété et le répèterai encore : je ne suis ni pour l'une, ni pour l'autre. Cette Yama a sûrement du influencer ses pensées en lui disant que je n'étais pas naturelle ou quelque chose de ce goût-là, mais soit. Je suis parfaitement équilibrée, que pensent-elles ?
Et puis, gagner de la foi, ne m'intéresse pas. Si ce n'est que pour me faire des rats afin de continuer de vivre comme un Prince. Cela dit, faire cela pourrait nourrir en moi des désirs malsains, et donc, je vais tenter plutôt de me concentrer sur moi-même et mon propre accomplissement.

Je me demande pourquoi ces personnes ne l'ont toujours pas compris, cependant. Mais soit. Alors que la petite prêtresse perds ses moyens, Nazo lui coupe la parole afin de me parler.
-"J'ai une petite question. N'avez-vous jamais entendu parler de ce projet de médiation? Il semble crucial que ce point soit éclairé chez tout les grandes chefs. Si il le faut, j'irai en parler, je dois justement aller discuter avec tout ce beau monde. D'ailleurs, accepteriez-vous de me revoir une fois? Passer une journée avec vous uniquement serait une bonne idée pour vous mettre sur un pied d'égalité avec les autres. Et puis, vous êtes quelqu'un de bon vivant avant d'être "chef de religion".

Comme tout le monde, il ne faut pas l'oublier. Nous sommes tous des êtres qui vivons différentes choses, autant à l'intérieur qu'à l'extérieur de soi. Je pense que c'est quelque chose d'important qu'il ne faut jamais omettre car chacun à ses idéaux qui peuvent nous plaire ou non, mais ça n'empêchera jamais cette personne d'être quelqu'un d'extraordinaire..."


- "Eh bien, pour être franche, non, je n'ai jamais entendu parler de cela, autrement qu'aujourd'hui, Nazo. Je pense cependant qu'il ne faut pas gêner la Prêtresse d'Hakurei ici présente et la Yama du Jugement, n'oublions pas qu'elles ont pensé bien faire, à la base. Et puis, remémorons-nous quelles sont les personnalités de Gensokyo. Moi-même ne suis peut-être pas la plus simple à suivre, héhé. J'accepterais, volontiers ! de vous revoir, ce pourrait être une rencontre extrêmement agréable. ~ !
Vous avez une très bonne mentalité, très équilibrée, ma chère, je tenais à ce que vous le sachiez. ~
"

En voyant le saké revenir, je fis une mine réjouie et pris le bol dans mes mains, souriante. J'adore l'alcool !! Il ne faut pas en abuser, bien sûr, mais c'est tellement agréable de ressentir la petite chaleur qu'il procure après quelques verres. Et on s'amuse tellement... !
Je remercie la Prêtresse d'Hakurei et commence à boire une gorgée, tout en préférant oublier et ne pas répondre à ce que Reimu a dit, étant donné qu'elle devait se sentir assez mal. Et puis, de toutes manières, je n'avais rien à répondre, et préfère m'amuser avec cette petite que tout autre chose. ~

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La question du Sphinx ~ Discussion banale autour d'une tasse de thé

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum